Le samedi 30 mars les p’tits philosophes se sont réunis à la Maison de la Philo autour d’une question déterminante pour notre avenir : « les machines vont-elles nous remplacer ? ». Nous partageons ci-dessous le cheminement de pensée parcouru à cette occasion :

« Qu’est-ce qu’une machine ?

Thomas : Une machine c’est quelque chose qui nous permet d’évoluer.

Héloïse : Une machine, c’est quelque chose qui est fait avec la science et qui aide les êtres humains.

Gabriel : On utilise une machine pour faire des choses trop difficiles pour nous.

Yassine : On utilise une machine pour faire ce qu’on ne peut pas faire soit avec notre corps, soit avec notre pensée.

Quelle serait la différence entre un humain et une machine ?

Séléna : Nous ne sommes pas des machines parce qu‘on pense.

Orion : Une machine ne fait que ce pour quoi elle est programmée alors que l’humain, lui, pense, écrit, …

Pacôme : Pour moi, on est un peu comme une machine, on a un cerveau, c’est un peu comme une mécanique dans notre tête.

Thomas : Pour moi, un humain ce n’est pas une machine, parce que nous, on vit.

Héloïse : Les machines ne peuvent pas être comme nous, parce que nous, on aime, les machines sont pas capables d’aimer.

Orion : Nous sommes plus intelligents que les machines. Elles sont inventées par nous et elles ne peuvent pas se développer d’elles-mêmes, pour le moment.

Pourquoi fabrique-t-on des machines ?

Rayan : On fabrique des machines pour nous faciliter la vie.

Yassine : On fabrique des machines pour nous aider, mais on ne se rend pas compte qu’en nous aidant, elles nous remplacent. On fait de moins de moins de choses.

Orion : En fabriquant des machines, on ne s’est pas rendu compte qu’on fabriquait notre ennemi : elles polluent la planète et maintenant on voudrait inventer des machines pour dépolluer la Terre.

La technologie peut-elle être dangereuse ?

Séléna : La technologie -peut- être dangereuse, ça veut dire qu’elle ne l’est pas tout le temps ou pas forcément. Elle peut l’être si, par exemple, elle continue à polluer la planète.

Rayan : Elle peut être dangereuse pour notre santé : les ondes, par exemple, ou les centrales nucléaires.

Héloïse : La technologie peut être dangereuse : nos smartphones par exemple, peuvent être dangereux pour nous, si on devient addict et qu’on se met en danger en oubliant le reste.

Myriam : La technologie peut être dangereuse si, au lieu de nous aider à faire des choses difficiles ou qu’on ne pourrait pas faire, si on est fainéants et qu’elle est juste utilisée pour faire les choses à notre place. »

Un grand Merci les p’tits philosophes pour ces réflexions partagées. Il est certain qu’en philosophie, les machines ne sont pas près de vous remplacer !

A bientôt à la Maison de la Philo !

Publicités