Au cours d’un atelier périscolaire sur la vie, un groupe de CM1 de l’école Jean Charcot, en est venu à se demander s’il vaudrait mieux être immortel que mortel.
Nous partageons avec vous un extrait de leur réflexion commune sur cette question immortelle.

o

Alexia : « Il vaudrait mieux être immortel pour vivre tout le temps, ne jamais mourir, mais il faut que notre famille, nos amis, nos proches, le soient aussi. On pourrait alors être plus longtemps avec les gens qu’on aime, ressentir plus de choses, avoir plus de sentiments, profiter plus de la vie. »

o
Lili : « Il vaut mieux être mortel parce qu’il faut bien mourir un jour, sinon on vivra trop longtemps et on risque de connaître la fin du monde, ce qui serait horrible. En plus, on pourrait finir par en avoir marre de vivre. »

oo
Sarah : « Je préférerais être mortel : imaginons que là, à neuf ans et demi j’en ai marre de ma vie et que je suis immortelle, alors je ne pourrais pas mourir, mon malheur se finirait jamais. »

o
Kévin : « Je préfère la réponse de Lili, c’est vrai ce qu’elle a dit : après on pourrait en avoir marre de vivre, encore plus si on est malheureux comme le disait Sarah. »

o
Aya : « Je voudrais être immortelle tout en restant mortelle : vivre jusqu’à ce que je ne veuille plus vivre. Vivre plus longtemps mais pas sans fin. »

o
Alexia : « Je vais reprendre l’idée d’Aya parce que c’est ce que je comptais dire après que tout le monde ait partagé ses idées. J’aimerais avoir les deux : parce qu’avoir une vie sans fin ce n’est pas le bonheur. Je reprends l’idée de Lili, voir la Terre mourir, ce serait affreux. Et si j’avais un accident, ou une maladie par exemple, j’aimerais bien que ça ait une fin. »

o
Après cette discussion, les enfants se sont attachés à récolter les arguments pour chacune des deux possibilités envisagées ensemble : être mortel et être immortel. Malgré le nombre important d’arguments trouvés en la faveur de l’immortalité, ils s’accordaient unanimement à préférer la mortalité, les arguments étant plus forts pour eux.

o
Nous partageons ci-dessous ces arguments pensés et récoltés ensemble :

Publicités