Ce samedi 16 novembre, les P’tits philosophes ont bravé le froid plutôt que paresser sous leur couette pour venir jusqu’à la Maison de la Philo et affronter une nouvelle question : « Avons-nous le droit d’être paresseux ? »

Nous partageons ci-dessous le fils de leur réflexion.

 

Qu’est-ce que la paresse ?

Carla : « La paresse c’est quand on n’a pas envie. »

Simon : « La paresse c’est quand on est faignant. »

Nils : « Quand on est paresseux, on n’a pas trop envie de faire des choses, on a envie de trainer, de ne rien faire. »

Rayan : « Le paresseux c’est l’inverse du résignant : la résignation c’est quand on n’a pas envie de faire quelque chose mais qu’on le fait quand même, alors que la paresse, c’est quand on n’a pas envie de faire quelque chose et qu’on ne le fait pas. »

Amaranthe : « La paresse ça peut aussi être quand on a envie de faire autre chose que ce qu’on doit faire. »

Tessa : « La paresse c’est quand on est fatigué et qu’on a envie de ne rien faire. »

Yassine : « La paresse ce n’est pas seulement être fatigué, mais c’est être faignant. On n’a pas envie de faire une chose, peut-être parce qu’on est fatigué mais peut-être aussi alors qu’on est en pleine forme. »

Simon : « La fatigue c’est quand on ne peut plus faire, la paresse c’est quand on ne veut plus faire. »

 

Sommes-nous tous paresseux ?

Yassine : « On pourrait tous faire certaines choses plus difficiles, ou en s’impliquant plus alors qu’on se contente de faire moins. »

Carla : « On est tous paresseux quand on fait lentement quelque chose qu’on a pas envie de faire. »

Nils : « Même si on veut le cacher, on est tous paresseux pour certaines choses. »

 

La paresse est-elle plus forte que nous ou est-ce qu’on décide d’être paresseux ?

Simon : « On décide d’être paresseux. »

Aouès : « On peut lutter contre note paresse. »

Clara : « Parfois, la paresse nous tombe dessus, et on ne peut rien y faire alors que d’autres fois, c’est possible de lutter. »

Amaranthe : « Ne plus avoir envie de faire une chose n’est pas forcément signe de paresse, on peut simplement ne plus aimer la chose. »

 

Peut-il y avoir une bonne paresse ?

Amaranthe : « La paresse peut permettre de se reposer, de se détendre. Dans chaque chose, il y a de bons et de mauvais côtés. »

Rayan : « Le bon côté de la paresse c’est qu’elle nous permet de découvrir d’autres choses comme rester dans son lit, ou ne rien faire pour quelqu’un qui est toujours occupé. »

Simon : « ça dépend du contexte, on doit s’empêcher d’être paresseux dans les moments où ça nous prive de découvrir ou d’apprendre de nouvelles choses par exemple. »

Rayan : « Sans paresse il n’y aurait que de la routine, on ferait toujours les mêmes choses sans surprise. »

 

Merci aux P’tits Philosophes pour cet atelier, nous vous retrouvons le samedi 23 novembre autour de la question « Toute vérité est-elle bonne à dire ? » (Nous avons échangé les thèmes du 23 novembre et du 14 décembre).