Le samedi 25 avril à 11H, nous avons eu le plaisir de retrouver nos p’tits philosophes, à distance, grâce à un atelier en ligne ! 

8 enfants, 2 adultes, et une belle discussion ! Yassine, Céleste, Simon, Rayan, Léon, Ulysse, Lina et Gabriel, micros allumés !

Nous avons commencé par prendre des nouvelles, raconter l’expérience de chacun, ces derniers temps. Déjà, beaucoup de choses sont apparues dans les paroles des enfants : leur rapport au temps, à l’invention et d’autres encore.

  1. Récolte de questions libres

Ensuite, nous avons proposé aux enfants de récolter toutes les questions qu’ils s’étaient posées, depuis le début de la crise sanitaire du Covid19, et du confinement. Des questions précises et fulgurantes :

  • Est-ce que c’est pire que la 1ère ou la 2ème guerre mondiale ?
  • Est-ce qu’on va vraiment reprendre l’école le 11 mai ?
  • Comment l’épidémie a réussi à faire le tour du monde ?
  • Pourquoi on ouvre les écoles et pas les parcs ?
  • Est-ce que la grippe est plus dangereuse que le coronavirus ?
  • Pourquoi le président nous dit de ne pas mettre de masque ?
  • Le principe du déconfinement, c’est un boucle : être déconfiné pour être reconfiné pour être déconfiné ?
  • Pourquoi il y a pas assez de lits dans les hôpitaux ?

 

2. Recherche de questions philosophiques. 

Ensuite, nous sommes allés vers la philosophie. Nous avons demandé aux enfants de chercher des questions philosophiques qu’ils se sont posées durant le confinement, mais qui sont aussi des grandes questions que tous les humains peuvent se poser. Une magnifique et touchante récolte :

  • Est-ce qu’un jour on pourra être prisonnier ?
  • C’est quoi la liberté ?
  • Pourquoi les aiguilles tournent de gauche à droite ?
  • Qui a décidé la durée d’une seconde ?
  • Est-ce qu’un jour, le bonheur n’existera plus ?
  • Est-ce que l’Homme a déjà eu des périodes de confinement ?
  • Est-ce que le confinement c’est une sorte de prison libre ?
  • Est-ce que le travail est difficile ?

Nous avons ensuite voté pour choisir une question qui fera l’objet d’un échange. La question choisie est « Est-ce qu’un jour, le bonheur n’existera plus ?

3. Discussion philosophique : « Est-ce qu’un jour, le bonheur n’existera plus ?

Cette question, saisissante, a donné lieu à un échange fructueux, où nous avons notamment parlé du rapport entre l’intérieur et l’extérieur : si, à l’extérieur, le bonheur est empêché, est-ce que, à l’intérieur, en nous, le bonheur est aussi empêché ? Les enfants se sont demandés si ce qui se passait à l’extérieur contrôlait notre bonheur intérieur : et si, oui, notre bonheur dépend des gens qui contrôlent l’extérieur. Au fond, nous sommes arrivés à une question ancestral : Le bonheur dépend-il de nous ? Comment faire si à l’extérieur, c’est le malheur : est-ce que cela empêche le bonheur intérieur de chacun ?