Samedi 9 mai, un groupe de huit petits philosophes ; Eléa, la grande Tessa, la petite Tessa, Colin, Pacôme, Éloïse, Chloé et Marilou, s’est retrouvé à distance pour philosopher autour de la question qu’ils avaient formulée et choisie la semaine précédente : Peut-on être libre et confiné en même temps ? Une discussion à travers laquelle ils ont tenté de d’éclairer notre contexte complexe à la lumière de la philosophie : un défi qu’ils ont relevé avec brio !

Ils ont commencé par définir le concept du jour : la Liberté :« Être libre c’est pouvoir faire ce qu’on veut sans faire de dégât. » Chloé

« Être libre c’est faire ce qu’on veut sans qu’on nous dise non. » Pacôme

« La liberté, c’est faire ce qu’on veut sans enfreindre les lois qui ont été votées. Il y a plusieurs libertés : la liberté de penser, la liberté de presse par exemple. » Eléa

Ensuite, ils ont cherché à définir la liberté en trouvant son contraire :

« Être enfermé, être enfermé chez soi par exemple » affirmait Marilou

« Ne pas avoir le droit de faire les choses, c’est le contraire de la liberté. Donc être libre c’est aussi avoir le droit » ajoutait Cholé

C’est alors que la grande Tessa a proposé une idée « Être confiné, c’est contraire à la liberté »

Nous avons alors basculé sur notre question du jour : le confinement nous empêche-t-il d’être libre ? Peut-on être confiné et libre en même temps ?

Colin a proposé une première idée : « On est libre de faire des choses qu’on ne pouvait pas faire avant. »

Pacôme a ajouté : « On a encore beaucoup de libertés : danser, rêver, penser mais pas toutes. »

Eléa a nuancé : « On a encore des libertés mais il y a des libertés dont on a été privé. »

Chloé a alors synthétisé : « On peut être libre et confiné en même temps parce qu’il y a des libertés qu’on ne peut pas nous enlever : penser et parler par exemple. On est donc libre mais moins qu’avant. »

La petite Tessa a précisé : « Confiné, c’est rester chez soi mais ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas sortir du tout. »

Marilou a complété : « On est un peu libre, on peut faire des balades par exemple mais pas tout le temps. »

Éloïse a amené une autre idée : « On n’a pas tous la même liberté, ça dépend des fois aussi de la liberté des gens. »

Les petits philosophes ont alors essayé d’énumérer les différentes formes de libertés qui existaient :

Libertés

Après cette récolte le groupe avait comme mission de classer les différentes libertés en deux catégories ; les libertés qu’on pouvait perdre en étant confinés et les libertés que ne pouvait pas nous enleverle confinement, ils ont ajouté un troisième groupe, les libertés renforcéespar le confinement

TableauLibertés

Chloé a alors conclu : « A cause du confinement, il y a des libertés qu’on a perdues, mais aussi des libertés qu’on a gardées, et mêmes des libertés qu’on a renforcées. On avait des libertés qu’on aimait plus ou moins, des libertés qu’on n’aimait pas forcément avant et là, elles vont être renforcées par le confinement : la liberté d’apprendre par exemple et la liberté de sortir voir d’autres personnes aussi. »

Merci beaucoup les P’tits Philosophes pour cet atelier et rendez-vous samedi prochain pour continuer à philosopher à distance !