Ce matin, nous retrouvons dans nos carrés de lumière, les jolis visages de Judith, Yassine, Gabriel, Ulysse, Simon, Céleste et Rayan. C’est parti pour une discussion sur le thème de la LIBERTE.

Dans ce contexte particulier de la pandémie, on commence par poser la question suivante aux enfants :

  • Est-ce que nous avons perdu des libertés ces derniers mois et si oui, lesquelles ?

Les enfants listent une série de libertés perdues qui ont réduit : notre espace, notre temps, nos déplacements, l’utilisation de nos sens, nos apprentissages, nos relations :

« On ne peut pas aller où l’on veut puisqu’on est limité à un kilomètre. »  Simon

« On ne peut sortir qu’une heure. » Ulysse

« On a perdu la liberté du toucher, on a perdu un de nos 5 sens. Avant, on ne s’en rendait pas compte. C’était normal cette liberté. » Rayan

« On ne peut plus jouer car on n’a pas le droit de toucher les jouer. » Céleste « On ne peut pas jouer à plusieurs » Simon

« On ne peut pas voir les gens qu’on veut » Simon. Il n’y a plus la liberté « d’amitié » Ulysse

« Je ne peux plus aller à l’école » Gabriel On n’a plus la liberté d’apprendre « en communauté » Ulysse

  • Une activité est proposée : les cercles de libertés pendant le confinement

  Capture libertés Rdv des ptits philosophes du 16 mai groupe Leonie

« On avait la liberté de s’amuser mais sans s’en rendre compte ». Yassine

« On apprend à vivre dans des conditions difficiles ». Gabriel

À la suite d’une remarque de Rayan sur l’instabilité de certaines libertés, la question suivante est posée :

  • Est-ce que toutes les libertés sont fragiles ?

On s’est demandé si la fragilité des libertés dépendait de notre âge, de notre santé, des situations.

Nous avons constaté que certaines libertés augmentent avec l’âge et la compétence comme la liberté d’expression qui dépend aussi d’une capacité à s’exprimer.

Gabriel a conclu que les libertés qui faisaient partie du cercle « libertés immuables » étaient très solides et que l’on ne pouvait pas nous les enlever.

Bravo à vous les philosophes du samedi ! Et à la semaine prochaine !