Le samedi 16 mai 2020, les p’tits philosophes se sont réunis autour du concept d’OBEISSANCE. Pas facile !

Nous avons commencé par la question : À qui obéit-on ?

Gabriel : « Faut obéir aux personnes qui ont des bonnes idées, qui nous demandent de faire des bonnes actions ; ceux qui nous demandent de faire de mauvaises actions, on leur obéit pas ! Par exemple, à la guerre, Hitler, il fallait pas lui obéir. »
Ulysse : « Déjà faut obéir aux lois, aux députés et d’autres personnes. »
Judith : « Je dois obéir aux parents. »
Yassine : « Moi pour regrouper tout ça, je dirai qu’il faut obéir à notre hiérarchie : la hiérarchie c’est le placement en importance. Les supérieurs nous donnent des ordres. À des demandes à des commandes ! »

  • C’est pareil les ordres et les demandes ?

Yassine : « Les ordres c’est une obligation, les demandes c’est pas vraiment une obligation. »
Gabriel : « Faut obéir aussi, quand on est enfant, aux maîtres et maîtresses. »
Judith : « Il y a certaines personnes ils croient à des choses (par exemple à Dieu), pour eux, ils obéissent à Dieu. »

  • Vous parliez du fait qu’on obéit à des supérieurs, est-ce que parfois on obéit à des gens qui sont nos égaux ?

Yassine : « En fait, dans la hiérarchie, on obéit à toute la hiérarchie : les égaux, les supérieurs, les inférieurs. »
Judith : « On peut obéir à notre égal : par exemple un frère, une sœur, s’il dit « faut aller dans ta chambre. »

  • Durant le confinement, est-ce qu’on a dû obéir ?

« Il y a des consignes auxquelles il faut obéir, y a davantage de consignes du coup »

Puis, nous sommes passés à une autre grande question : Qu’est-ce qui fait qu’on obéit ?
Ulysse : « On obéit par la peur d’attraper le coronavirus. C’est pas toujours à cause de la peur qu’on obéit. »
Gabriel : « En fait c’est pas que la peur, ça peut être aussi la joie. Par exemple si ma maman elle me dit « Demain à 3h tu vas voir ton copain, et bah là j’obéis, parce que j’ai envie de voir mon copain. »
« Aussi, par l’obligation. Par exemple « Obéis à ça sinon tu vas aller en prison pendant 2 ans »

Peut-on choisir d’obéir sans être obligé ?
Judith « Bah oui ! »

Pourquoi est-ce qu’il faut toujours obéir ?
Gabriel : « Des fois ! Par exemple t’es obligé d’obéir si t’as, s’il dit « pendant 2 ans tu vas être en prison, là t’es obligé d’obéir. Mais t’es pas obligé d’obéir si c’est une loi qui est pas très grave, si c’est une petite loi, une loi qui est pas importante. C’est mieux d’obéir mais c’est pas grave. »

– C’est quoi la différence entre une petite loi et une grande loi ?
Gabriel : « Une grande loi c’est les gestes barrières, qui empêchent qu’on meure ! Donc là c’est grand ! »

– Une grande loi, c’est une loi qui a des grandes conséquences ?
Ulysse : « Moi je dis que toutes les lois il faut les respecter, même si elles sont petites, même si elles sont pas très graves. »

Yassine : « Je suis pas d’accord. Il faut toutes les respecter, sauf si elles sont injustes. Mais la majorité est juste. Parce que les lois elles ont été votées et décidées. Une loi, c’est d’abord l’idée, puis on va voir si tout va, et après voter pour voir si tout le monde est d’accord. Donc je crois pas qu’une loi injuste passe ! »

  • Quand est-ce qu’il faudrait désobéir ?

Gabriel : « Bah euh ça rejoint ce que j’ai dit tout à l’heure : en fait, ça marche… Faut désobéir quand par exemple, avec une loi qui est pas bien, qui fait du mal, ou si c’est une loi qui sert à rien, et qu’elle est dure à faire. »

– Ça existe une loi qui sert à rien ?
Gabriel : « Non, ce serait une loi où personne n’obéirait. Mais…ce serait plus vraiment une loi si elle n’est pas respectée. En fait il y a beaucoup de règles mais on s’en aperçoit pas vraiment. Parce qu’on les fait pas toutes en même temps. On obéit quand les règles servent à nous protéger. »
Rayan : « Pour moi il faut juger au niveau de la situation et peser le pour et le contre pour voir si la loi est morale ou pas morale. » 
Ulysse : « Si on respecte pas toutes les règles, si on tue une personne, c’est grave. Ça va si tu traverses sur le passage piéton alors que c’est rouge, s’il y a aucune voiture. » 
Rayan : « On évalue au niveau du futur proche.»
Yassine : « Je suis d’accord avec Rayan, il faut voir si c’est vraiment important de le faire, et il faut réfléchir aux conséquences. S’il y a aucune conséquence grave, on peut ne pas respecter la loi. Rarement mais ouais ».

 

Nous avons fini l’atelier sur la proposition suivante :

ACTIVITE : Demain vous avez le pouvoir de vous faire obéir par tout le monde. Quel ordre voulez-vous donner ? Quelle loi choisiriez-vous pour tous les humains sur terre ?
Judith : « C’est bien que parfois il y ait des personnes qui regardent un film, je demanderai aux familles de faire des activités ensemble. »
Gabriel : « En fait j’ai un copain qui a un train en lego télécommandé et j’aimerais qu’il me le prête. Et je demanderai que chacun ait une bulle d’air pour se déplacer. « 
Yassine : « Moi c’est une demande plus grande. Mille scotch, des legos, mille fils, pour faire des constructions. » 
Rayan : « Pour moi, l’ordre c’est que tout le monde soit libre. Que chacun fasse ce qu’il veut si c’est pas trop dangereux pour lui et les autres. J’ai choisi parce que c’est un ordre qui est simple à comprendre. »
Ulysse : « Moi je dirai : Que l’on fabrique des foyers dans le monde entier pour les pauvres et qu’on arrête d’utiliser le nucléaire. Je les ai choisis parce que quand je vois des pauvres ça me fait pitié, j’avais essayé de monter une association pour les pauvres, mais là avec le confinement, ça s’est écroulé. »

BRAVO les philosophes et à la semaine prochaine !