Le samedi 6 juin à 11h, les petits philosophes se sont à nouveau retrouvés à distance pour parler d’un thème choisi à la majorité et qui est au fondement même des questionnements philosophiques : il s’agit de la VIE.

Les enfants ont proposé dans un premier temps, une récolte conceptuelle autour de la notion de « VIE ». La voici, illustrée ci-dessous :

Capture Nuage conceptuel Vie

Les petits philosophes ont ensuite proposé toutes les grandes questions philosophiques qui pourraient servir de point de départ de la discussion, toujours en lien avec la notion du jour :

  • Pourquoi vit-on ?
  • Pourquoi nous sommes des êtres humains ?
  • Pourquoi la vie existe ?
  • Pourquoi la vie s’arrête ?
  • A quoi ça sert de vie si après on doit mourir ?
  • Pourquoi il y a des gens qui meurent alors qu’ils n’ont pas fini de vivre ?
  • Pourquoi les gens se tuent ?
  • Qu’est-ce qui est le plus important dans la vie ?
  • Pourquoi vit-on mais on ne meurt pas tout de suite ?

Deux questions ont obtenu le même nombre de votes ! Les voici ci-dessous, agrémentées de quelques-unes de leurs belles idée…

  1. Qu’est-ce qui est le plus important dans la vie ?

Colin : « Avoir du travail car on peut avoir de l’argent et bien mener sa vie. »

Tessa : « Manger, boire, bien s’occuper de soi, faire bien attention à nous, aux autres, aux gens dans la rue. »

Pacôme : « Le plus important c’est de manger, boire et dormir. C’est ce dont on a le plus besoin. »

Colin : « Si c’est que manger, boire, ce n’est pas le plus important car si tu n’as pas d’argent, comment tu peux faire ? »

Eléa : « C’est de bouger car si tu es tout le temps affalé sur ton canapé, ça sert à rien. Il faut faire marcher son cerveau, travailler. »

Tessa : « Oui, il faut bouger, travailler son cerveau, visiter des choses, aller faire des attractions, faire des choses, sinon on s’ennuie. Le plus important c’est de vivre, s’amuser. Travailler c’est pas le plus important mais c’est quand même important car ça fait apprendre des choses. »

Eléa : « On a besoin d’être ensemble aussi. »

Tessa : « Oui, il nous faut un copain ou une copine, ne pas rester tout seul. »

  1. Pourquoi les gens meurent alors qu’ils n’ont pas fini de vivre ?

Les enfants ont présupposé que l’on finit normalement de vivre au moment de la vieillesse, par « mort naturelle », en comparaison de la mort accidentelle ou par maladie qui nous fait partir « trop tôt » et qui rend la situation injuste.

 

En activité de fin d’atelier, les petits philosophes ont imaginé un Slogan à présenter pour décrire la vie, en commençant leur phrase par :

« La vie, c’est comme… » :

 

« La vie, c’est comme un sablier qui s’écoule. »

Colin

 

« La vie, c’est comme de l’eau qui disparait vite. »

Tessa

 

« La vie, c’est comme une fleur : ça pousse, ça éclot et ça fane. »

Pacôme

 

« La vie, c’est comme un arc en ciel : on le voit, on est heureux et après, il disparaît. »

Eléa

 

« La vie, c’est comme une histoire d’amour : ça commence heureux et après on se quitte et on est triste. »

Eléa

 

 

Merci aux petits philosophes ! Prochaine séance : thème surprise !