Ce samedi 9 janvier, les petits philosophes se sont souhaités la bonne année ! Souvent les vœux de nouvelle année s’accompagnent également des vœux de réussite. Quoi de mieux que de relier cela à notre question du jour : Qu’est-ce qu’une vie réussie ? Marie leur a donc posé la question…

Un beau nuage conceptuel est né de leurs idées. Le voici, illustré, ci-dessous :

Leur conception d’une vie réussie nous interroge sur la notion de « Réussite » dans son sens le plus large… qu’est-ce que veut dire « réussir » ?

Mona : C’est quand on fait quelque chose et que cette chose est bien faite.

Pauline : Si on a un objectif, par exemple avoir une bonne note, et qu’on le fait, c’est qu’on a réussi.

Yassine : Ce n’est pas obligatoirement terminer son objectif. C’est faire une chose et qu’on est heureux de l’avoir fait.

Tessa : C’est de ne plus avoir peur.

Yassine : Réussir, c’est dépasser des limites qu’on avait avant et pouvoir faire mieux.

Pacôme : Je suis d’accord avec Pauline. Ce serait atteindre un objectif : tu fais une course et tu l’as faite même si tu n’es pas arrivé le premier.

Judith : Réussir c’est quand on fait quelque chose et qu’on y arrive. C’est faire quelque chose qu’on doit faire.

Qu’est-ce qui nous permet de dire que quelque chose qu’elle est réussie ? Est-ce qui nous suffit de faire une chose qu’on voulait faire ou est-ce qu’il y a des conditions ?

Pauline : Par exemple, un contrôle de maths, il est réussi car on a travaillé.

Tessa : Pour réussir, il faut commencer par essayer car tu ne réussis pas si tu n’essaies pas.

Pauline : Quand on réussit quelque chose de mal, les autres ne peuvent pas dire que c’est bien réussir mais la personne qui fait du mal, elle peut dire elle-même que c’est réussi. Donc on n’est pas obligé de faire une chose bien pour réussir.

Peut-on dire qu’on a réussi à faire quelque chose de mal ou faut-il que la chose soit bonne pour qu’on puisse dire qu’elle est réussie ?

Pacôme est d’accord : On peut réussir des choses mal. Quand tu harcèles quelqu’un, pour toi, quand tu as réussi à le faire pleurer, c’est une réussite.

Nous sommes alors revenus sur l’idée selon laquelle, pour avoir le sentiment d’avoir réussi quelque chose, il fallait qu’on ait eu du plaisir à le faire. Peut-on réussir à faire quelque chose que nous n’avions pas envie de faire ?

Tessa : Par exemple, ranger sa chambre, on peut avoir réussi à ranger sa chambre alors qu’on ne voulait pas le faire. Pauline : On peut réussir sans vouloir l’avoir fait.

Quand nos parents ou quelqu’un nous demande de faire quelque chose qu’on n’avait pas envie de faire, on peut réussir à le faire.

Yassine : Mais avoir fait quelque chose qu’on ne voulait pas faire, est-ce qu’on va dire après « j’ai réussi à le faire » ? C’est plutôt les autres qui voulaient que tu le fasses qui vont dire que c’est réussi. Mais pour toi ce ne sera pas de la réussite.

Pauline : C’est vrai que quand on a fait quelque chose à contrecœur, on ne dit pas qu’on a réussi.

Pourquoi veut-on réussir ?

Mona : On veut réussir pour que les autres trouvent que ce qu’on fait c’est bien.

Pacôme : On veut réussir parce qu’après on est content d’avoir fait ce qu’on voulait faire. On est à la fois débarrassé et content que ce soit fait. Ça peut être pour les autres aussi, quand on rend service de bon cœur.

Tessa : On veut réussir car ça peut nous aider à progresser, parce qu’on est fier et que les autres sont fiers de nous.

Pauline : On veut réussir pour nous, pour être heureux, pour que les autres soient heureux, pour notre famille ou nos amis, et aussi pour que les autres se disent qu’on a réussi.

Pauline a par la suite fait naître une nouvelle idée dans la discussion : il y a des personnes pour qui, si on a réussi ce qu’ils n’ont pas réussi, elles vont mal réagir. 

Yassine : Le thème de la réussite est aussi relié à la jalousie. Certains peuvent avoir envie qu’eux seuls réussissent, et pas les autres.

Nous avons donc terminé sur un raisonnement de Yassine qui ouvrait la discussion à une autre question : Vu que la réussite est liée au bonheur on peut aussi se poser la question « pourquoi on veut être heureux ? ». Pour moi, la réussite c’est quand on parvient à être heureux de ce qu’on a fait, donc quand on réussit, puisque pour réussir il faut être heureux, la raison de pourquoi on réussit c’est aussi la raison aussi de pourquoi on veut être heureux.

Nous avons fini l’atelier par une activité : chaque enfant devait partager un conseil pour réussir. Au hasard, Marie redistribuait les conseils à chaque membre de l’atelier qui le découvrait et le partageait au groupe.

Nous nous sommes laissés en partageant des conseils pour réussir notre année en philosophie : s’écouter, être heureux, continuer à penser, profiter de l’instant présent, … !

Merci aux p’tits philosophes d’avoir partagé leurs belles idées ! Le premier atelier de l’année 2021 est RÉUSSI !