C’est samedi 20 mars les petits philosophes se sont réunis autour d’un objet de pensée inhabituel : les robots. A partir d’eux, ils ont exploré plusieurs notions et questions philosophiques. Voici le chemin parcouru ensemble :

Quelles sont les différences entre un humain et un robot ?

Les petits philosophes ont partagé leurs pensées et il en a découlé le tableau ci-dessous.




Pourquoi les humains construisent des robots ?
 
Paula a proposé une première hypothèse : parce que les humains, pas tous mais la plupart, pensent que les robots peuvent les aider à vivre.
 
Pacôme a développé : les humains construisent des robots pour faire, pas tout, mais beaucoup de choses à leur place.
 
Kaïs a interprété : les humains construisent des robots pour se faciliter la vie.
 
Diane a donné un exemple : pour la cuisine par exemple, on a besoin de robots.
 
Les petits philosophes ont alors cherché des exemples de robots facilitateurs pour les humains :
 
Diane en a proposé un premier : la machine à laver par exemple c’est un robot qui nettoie les habits à notre place.
 
Paula a suivi : le lave-vaisselle pour nettoyer ou encore la voiture pour se déplacer.
 
Tessa a alors commencé à problématiser : la machine à laver, le lave-vaisselle ou la voiture, je dirais que ce ne sont pas trop des robots mais plutôt des machines.
 
Quelle serait donc la différence entre un robot et une machine ?
 

Tessa a proposé un premier élément de distinction : Un robot serait autonome, il ferait les choses seul alors que la machine aurait besoin de l’humain pour fonctionner.
 
Yassine a alors poursuivi le questionnement : le robot n’est pas autonome, il fait ce que l’humain lui demande, il ne réfléchit pas, l’humain le programme pour que quand on lui demande de faire, il le fasse seul. Mais un robot sans l’humain, il ne fonctionnerait pas.
 
Paula a proposé un exemple pour préciser la distinction : la tondeuse c’est une machine mais il y a aussi des robots tondeuses. Ils ont tous les deux besoin de l’humain pour être créés mais, le robot-tondeuse peut se débrouiller tout seul alors que la machine-tondeuse, elle, aura besoin de l’homme.
 
Tessa a développé : les robots, ce n’est pas qu’ils sont plus dangereux mais ils sont plus risqués que les machines. Les robots comme ils sont autonomes, ils peuvent faire n’importe quoi parfois. La machine, la voiture par exemple, tu tiens son volant, tu restes au-dessus d’elle, alors que le robot, il fait seul et peut-être même que dans quelques années les robots pourront nous dépasser.
 
Paula a complété : la voiture par exemple nous la commandons, nous tenons le volant, donc ce n’est pas elle qui nous commande. Alors que les robots on ne les commande pas vraiment ils font seuls.
 
Yassine a nuancé : la seule différence entre un robot et une machine c’est comment on les a programmés. Le robot, on l’a créé pour qu’il fasse seul, alors que la machine on l’a créée pour qu’elle soit manuelle.
 

Suite à cet échange une proposition de synthèse a été faite : Le robot serait un type de machine que l’humain a programmé pour pouvoir agir tout seul, faire une action à notre place, même quand on n’est plus là.
 
Après avoir distingué le robot de l’humain puis le robot de la machine, les petits philosophes ont découvert la question du jour : les robots sont-ils esclaves des humains ou ont-ils des libertés ? Les robots sont-ils libres ?

 
Diane a proposé deux libertés : ce que les robots sont libres de faire c’est de savoir ce qu’ils vont faire pendant que l’humain les contrôlent. Parce que l’humain, il l’active et il le démarre après le robot il fait ce que l’humain lui demande de faire mais il le fait comme il le veut. Ils ont cette liberté pendant que l’humain les contrôlent : le robot a la liberté de faire ce qu’il a envie de faire pour faire ce que l’humain lui demande.
 
Paula a développé l’idée inverse : le robot, il n’a pas vraiment de moments de liberté, il ne peut pas faire ce qu’il veut. Il n’a pas besoin de moments pour s’amuser, il n’a pas besoin d’aller au cinéma, de manger des glaces ou de jouer avec ses amis ; il n’a pas besoin de tout ça parce qu’il a justement été programmé juste pour travailler. Comme c’est un robot et pas un être humain, il ne ressent pas tout ce qu’on ressent et donc il s’en fiche complètement de pas avoir de liberté, il ne sait même pas que ça existe.
 
Yassine a poursuivi : le robot fait bêtement ce qu’on lui demande de faire, il ne le fait pas à sa façon, il est programmé pour le faire d’une façon précise. Il ne va jamais vraiment choisir.
 
Pacôme a, à son tour, complété : les robots n’ont pas de cerveau, ils ne peuvent pas réfléchir et ils ne peuvent pas ressentir le fait qu’ils ne sont pas libres.
 
Diane a alors proposé une nouvelle idée : les robots, ils ont été créés pour faire du travail et pour eux le travail c’est la liberté. Ils n’ont pas été programmé pour s’amuser, pour jouer, pour se faire des amis, ils ont été programmés pour travailler.
 
Paula : les robots ne peuvent pas ressentir, ce sont des robots, ils n’ont pas de cœur, pas de pensée, ils ne connaissent pas la liberté.
 
Et si on programmait un robot intelligent, capable de réfléchir et ressentir des émotions : est-ce qu’ils pourraient ressentir leur absence de liberté ?
 
Diane a proposé une première idée : le robot a toujours été programmé pour quelque chose, même s’il est intelligent, il est intelligent que pour ce qu’il a été programmé. Il ne sera jamais vivant et il ne pourra jamais ressentir.
 
Pacôme a interrogé un présupposé de la question : un robot ne sera jamais intelligent, même pour ce qu’on lui a demandé.
 
Paula a proposé : ce sera toujours nous qui l’aurons programmé, c’est nous qui aurons décidé pour lui, il ne sera jamais libre.
 
Imaginons qu’on construise des robots en leur donnant des libertés, est-ce que ce sera de vraies libertés ?
 
Diane : On l’aura programmé pour avoir des libertés. La liberté ce sera ce qu’on lui aura programmé de faire.
 
Yassine : si la liberté c’est avoir le choix, laisser le choix au robot ce serait lui permettre d’être en partie libre.
 
Les petits philosophes ont alors découvert quatre robots imaginés pour l’atelier, pour lesquels ils devaient définir ensemble s’ils étaient libres ou non.

Robot 1 : Robert la cafetière. C’est un grand robot rouge et noir. Il a été construit par Jean-Claude, un architecte d’intérieur accro au café. Son robot a été programmé pour faire automatiquement 6 cafés par jour, toujours les mêmes, aux mêmes horaires : 7h-9h-11h-13h-15h-17h. Robert la cafetière est-il libre ?
 
Robot 2 : Umberto l’aspiro. Ce robot-ci, petit, jaune et rond, a été construit par Monsieur et Madame Fernand pour aspirer le sol. Il est programmé pour aspirer le sol, dès qu’il voit des poussières au sol. Dès qu’il y a un obstacle face à lui, il est programmé pour pouvoir choisir entre tourner à droite, tourner à gauche et reculer. Umberto l’aspiro est-il libre ?
 
Robot 3 : Caliste l’artiste. C’est un beau robot de toutes les couleurs, qui a été construit par Violette, une artiste qui ne pouvait plus peindre à cause de son arthrose. Elle lui a donné une mémoire et lui a appris tout ce qu’elle sait sur la peinture : la façon de construire la perspective, le choix des couleurs, les techniques, le style de grands peintres comme Van Gogh ou Picasso. Violette a programmé son robot pour peindre un tableau par semaine. Ensuite, Le robot peut donc peindre de façon autonome : elle peut choisir ce qu’elle peut parmi ce qu’elle connaît, choisir les couleurs à partir de celles qu’elle connaît, il peut choisir son style parmi les styles qu’il connaît. Il peut peindre à son rythme, du moment qu’il fasse un tableau par semaine : il peut peindre beaucoup le matin, et se reposer l’après-midi, il peut peindre beaucoup le lundi et le mardi, et puis plus du tout.
 
Robot 4 : Juliette la Pipelette a été construite par Siméon, un journaliste qui adore converser, discuter, bavarder. Parfois la journée, il s’ennuyait (et son mari devait aller travailler, donc il se retrouvait tout seul), donc il a décidé de créer un robot avec lequel il pourrait parler. Il lui a donc donné une mémoire et lui a appris tous les mots de la langue française. Il lui a lu mille livres sur des sujets divers (histoire, littérature, art, etc.), tous les sujets qu’il aime. Il lui a appris à discuter. Depuis, Juliette la Pipelette discute avec Siméon dès que celui-ci en a envie : elle peut réagir à sa façon, elle crée des phrases, elle a le droit de changer de sujet, de s’énerver, de faire des blagues. Juliette la Pipelette est-elle libre ?

Au plaisir de vous retrouver pour le prochain rendez-vous !