Aujourd’hui, 3 avril 2021, les P’tits philosophes se retrouvent en visio pour aborder le thème de l’amitié :

Qu’est- ce que c’est pour vous un ami ? demande Julia, qui anime l’atelier. 1, 2, 3 Pensez !

Tessa : Pour moi, un ami c’est une personne en qui tu as confiance, qui est fidèle à toi, c’est un peu le double de toi. C’est la personne avec laquelle tu t’entends bien.

Paula : Je suis d’accord avec Tessa. C’est une personne en qui on a confiance, qui nous aide quand on est triste. Avec un ami on s’amuse.

Pacôme : Pour moi, un ami c’est quelqu’un sur qui on peut compter, qui ne trahit pas, qui est différent de nous, car si on est pareil ce n’est pas intéressant. On peut avoir quelques points communs mais il faut des différences.

Solel : Je suis d’accord avec Pacôme. C’est quelqu’un sur qui on peut compter. Quand on a un souci, il t’aide à comprendre des choses, il t’aide, ça ne sert pas qu’à jouer avec lui. On peut pas le laisser tomber. Il y a des points communs mais pas seulement.

Julia demande alors :  Est-ce que quelqu’un avec qui on joue, c’est forcément un ami ?

Solel : Non, ça peut être un copain.

Diane : L’ami c’est quelqu’un sur qui on peut compter. Pas notre double. Juste quelqu’un qu’on aime. On n’est pas obligé de jouer avec. C’est quand on est des sœurs qu’on est des doubles, qu’on vit ensemble. On est des doubles quand on est « meilleures amies ».

Yassine : Un vrai ami c’est quelqu’un en qui on a vraiment confiance. Ce n’est pas un double. On n’a pas forcément besoin de goûts communs pour être amis. Même s’il faut des points à partage.

Paula : Je ne suis pas vraiment d’accord avec Diane, car une sœur ce n’est pas vraiment un double. Mais je ne suis pas d’accord avec Solel : un ami, c’est pas un objet ! Ça ne « sert » pas. C’est une personne !

Pacôme : Je trouve que vous avez tous raison mais surtout un ami, c’est quelqu’un qui ne frappe pas. Quelqu’un qui frappe, ce n’est pas un ami.

Tessa : Après réflexion, je préfère enlever l’idée du double. J’ai changé d’idée !

JULIA : Parfois l’amitié, ça peut problème…

Julia présente le mot : PROBLEMATISER qui est un mot que l’on aime beaucoup en philosophie !

Yassine sait ce que ce mot signifie : « Il me semble que ça veut dire, créer une problématique, une question à partir d’un fait. »

Les enfants vont expérimenter ce que c’est que problématiser… Julia leur propose d’écrire une phrase sur ce qui pose problème dans l’amitié.

Quel problème l’amitié peut-elle nous poser ? Voici la récolte des problèmes :

Le problème de Pacôme : Souvent t’as plusieurs amis et y’en a un dans le groupe qui n’aime pas quelqu’un d’autre. Toi tu es ami avec les deux et entre eux ils ne s’entendent pas !

Le problème de Tessa : il y a une sorte de concurrence.

Julia : Qui voudrait poser une question là-dessus : une question qui concerne la concurrence et l’amitié ?

Tessa : Est-ce que l’amitié est le contraire de la concurrence ?

Julia : Est-ce que l’amitié peut créer de la concurrence ?

Pacôme : Est-ce que l’on peut partager son amitié ?

Le problème de Yassine : On compte sur notre ami et il compte sur nous. Du coup, on ne peut pas le trahir… Et parfois ça peut poser problème…

Pacôme : Comment sait-on que l’on peut compter sur un ami ?

Yassine : Jusqu’où on pourrait aller en amitié ?

Le problème de Diane : Ma copine n’est pas contente parce que je joue avec mon copain et qu’elle est jalouse. Les amis sont tristes quand on ne joue pas avec eux.

Julia : Est-ce que l’amitié peut créer de la tristesse ?

Le problème de Solel : Ne pas être d’accord avec ses amis.

Léonie : Doit-on toujours être d’accord pour garder ses amis ?

Le problème de Paula : Lorsqu’on n’a pas du tout les mêmes goûts, c’est difficile.

Yassine : Est-ce qu’on peut être amis en étant très différents ?

Paula : Est-ce qu’on peut dépasser nos différences dans l’amitié ?

Le problème de Bonnie :On peut se disputer entre amis.

Diane : Comment on fait pour se réconcilier avec ses amis ?

Pacôme : Pourquoi se dispute-t-on avec ses amis ?

Yassine : Peut-on être amis sans se disputer ?

Julia raconte une histoire qui questionne… Un dilemme !

« Luce et Suzanne sont meilleures amies. A la récré, elles jouent tout le temps ensemble, elles font des soirées pyjama chacune l’une chez l’autre et se disent tous leurs secrets. Luce est une fois partie en vacances chez la grand-mère de Suzanne et Suzanne a offert à Luce un talisman d’amitié dont chacune porte l’un des morceaux. A la rentrée, une nouvelle camarade arrive, Fatou, et se trouve placée à côté de Suzanne. Elles ont fait connaissance durant toute la journée et se sont aperçues qu’elles avaient plein de points communs. Elles s’entendent tellement bien qu’elles décident de rentrer ensemble de l’école car il se trouve qu’elles habitent dans le même quartier. Luce, qui fait le chemin de l’école avec elles, boude car elle aimerait parler à Suzanne seule. Elle ressent de la jalousie envers Fatou. Elle craint que sa nouvelle camarade ne lui vole sa meilleure amie. Toute la semaine, Suzanne et Fatou passent leurs récrés ensemble, rient beaucoup. Peu à peu, Luce s’éloigne de leurs jeux sans que Suzanne semble s’en apercevoir. Elle ressent de la colère et de la tristesse à voir Suzanne si heureuse en s’amusant avec une autre personne qu’elle.  Un jour, Luce explose de colère et lance un ultimatum à Suzanne : c’est elle ou moi ! »

Julia demande : QUE FERIEZ-VOUS A LA PLACE DE SUZANNE ?

Bonnie : Je choisirai Luce car c’était sa copine avant. Elle ne parlerait plus à Fatou.

Julia : Pourquoi elle ne parlerait plus à Fatou ?

Paula : Elle ne devrait pas avoir à choisir ! Elles pourraient être amies toutes les trois…

Pacôme : Pour moi elle doit choisir Fatou car ce n’est pas Luce qui doit la commander. Pour moi elle a choisi Fatou comme meilleure amie.

Yassine : J’aurais choisi Fatou car si Luce ne veut pas partager c’est son problème.

Tessa : J’aurais choisi Fatou parce que comme a dit Pacôme, c’est son problème à Luce ! On a une vie et on peut la partager avec plein de personnes et si Luce ne veut pas être amie avec Fatou c’est son problème.

Diane : Elle peut rester amie avec les deux, y’a aucune copine abandonnée.

Solel : je suis d’accord avec Diane, elle peut être amie avec les deux… Et si Luce n’est pas d’accord, elle choisit d’abord Luce et elle fait en sorte qu’elle devienne amie avec Fatou.

Pacôme et Tessa pose un nouveau pb : qu’est-ce qu’en pense Fatou ?

Julia demande aux enfants quelles questions philosophiques pose cette histoire ?

Paula : Est-ce qu’on est obligé de choisir nos amis ?

On retrouve certaines des problématiques de l’amitié que l’on a vu en première partie !

Julia pose une dernière question : L’amitié est-elle un cadeau ?

Chaque enfant devait écrire sur sa feuille le cadeau que lui apporte l’amitié :

Pacôme : le bonheur

Solel : du courage, du support, de l’amour

Yassine : une personne sur qui compter

Diane : de l’amour, de la joie et quelqu’un sur qui compter

Tessa : de la joie, confiance, amour

Paula : du bonheur, de l’amusement, de l’amour

Bonnie : de la joie, de l’amour

Quelle jolie récolte ! Bravo les philosophes !