La séance dédiée au thème de l’étonnement s’est passée en cinq moments. Bravo aux enfants !

Premier moment : On a commencé par faire un tour de parole sur la question : « Qu’est-ce que la philosophie ? ». Les enfants ont proposé des réponses riches et multiples :

  • « C’est là où n’a pas peur de s’exprimer »
  • « C’est donner son avis et en parler ensemble »
  • « On peut penser ce qu’on veut »
  • « Les réponses elles viennent de nous, de comment on perçoit les choses »
  • « On utilise le pouvoir de parler »
  • « C’est quelque chose où tu te sens bien »
  • « On est admis avec les autres en philo. On est reliés »
  • « On ne se juge pas »
  • « En philosophie on peut parler de nos idées aux autres sans avoir peur »
  • « C’est grâce aux autres qu’on créé des idées. »

Deuxième moment : lecture de citations de philosophes sur la philosophie :

PLATON : « S’étonner : voilà un sentiment qui est tout à fait d’un philosophe : la philosophie, en effet, n’a pas d’autre origine »

SCHOPENHAUER : « Avoir l’esprit philosophique, c’est être capable de s’étonner des évènements habituels et des choses de tous les jours »

Après la lecture, nous avons vérifié la compréhension des phrases auprès des enfants. Les enfants ont ensuite cherché le point commun entre ces deux citations. « La philosophie, on pense chaque jour ce que l’on veut pour être créatif ». Ils en arrivent à l’idée que le point commun est l’idée d’étonnement, et son rôle dans la pratique de la philosophie. Philosopher, ce serait s’étonner, tous les jours, dans l’ordinaire. Certains ne sont pas d’accord et considèrent que cela ne se produit pas tous les jours. « La philosophie, c’est réaliser ce qu’on pense et ce n’est pas tous les jours ».  Certains ne sont pas d’accord avec l’idée de Platon, que l’étonnement serait la seule source de la philosophie : pour eux, il y a aussi la pensée. Certains disent aussi parfois, on en se rend pas compte qu’on est en train de philosopher.

Troisième moment : Réflexion sur la question « Qu’est-ce que s’étonner ? »

  • « C’est quand quelque chose d’anormal se passe et on se demande pourquoi et comment cette chose se passe . Par exemple, le coronavirus. »
  • « C’est quand j’ai sursauté devant Voldemore avec sa tête devant et sa tête derrière »
  • « C’est de la surprise mais c’est surtout penser quelque chose qu’on découvre. C’est pas forcément sursauter »
  • « C’est découvrir quelque chose, se poser des questions et réfléchir »
  • « C’est être surpris et on ne s’attend pas du tout à ça »
  • « Je ne suis pas d’accord. Je me suis attendue à quelque chose mais j’étais quand même étonnée. Je savais qu’il arrivait le virus et il m’a quand même étonnée »

Il y a de la surprise et parfois du sursaut dans l’étonnement, mais ce n’est pas pareil. On ne s’étonne pas de tout ce qui est nouveau.

Quatrième moment : Réflexion autour de la question : « A quoi ça sert de s’étonner ? »

  • « Ça sert à avoir une surprise et à s’étonner de la chose qu’on vient de savoir et on est content d’avoir la surprise »
  • « ça sert à questionner. Si on ne s’étonne pas, notre corps il ne réagit pas, on ne se questionne pas. »
  • « L’étonnement ça sert à beaucoup de choses. Ça peut nous aider à inventer. Si quelqu’un est étonné que quelque chose soit aussi grand, il peut le refaire en tout petit. Ça sert un peu à créer. »
  • « ça sert à avoir plus de question. On les pose et on sait de plus en plus de choses »
  • « à la fois on sait tout et à la fois on ne sait rien »
  • « L’étonnement ça sert à se protéger, comme pour le coronavirus. »
  • « Maintenant je suis d’accord avec elle parce que j’ai réfléchi : elle ne parle pas d’un étonnement pur mais c’est un peu de l’étonnement »

Cinquième moment : Exercice Plexi Philo

Les enfants devaient enfin explorer la salle de la Maison de la Philo et chercher quelque chose qui les étonne. Une feuille de plexi transparente leur était donné afin de formuler leur étonnement sous forme de question. Ci-dessous, leur production !