L’animatrice, Anna, raconte aux enfants qu’elle a rapporté un livre trouvé sur un banc, par hasard : Le livre sans images de B.J Novak. « Est-ce que vous pensez que c’est bien un livre sans images ? »

Oui, pensent certains, parce qu’on pourra utiliser notre imagination. D’ailleurs, remarque Marius, parfois on préfère les images qu’on a imaginées à celles qu’on découvre dans un livre. Cela a été son cas avec les livres d’Harry Potter qui n’avaient pas d’images dans leur première édition. D’autres enfants pensent au contraire que les images c’est important pour nous donner des idées sur ce qui est écrit. Et puis, ne risque-t-on pas de s’ennuyer sans les images surtout quand on est petit et qu’on ne sait pas lire ?

Anna remarque qu’au dos du livre il y a une mise en garde : ce livre raconte n’importe quoi et les enfants qui demandent aux adultes de leur lire lui tendent un piège redoutable ! Il est écrit que l’adulte qui lit le livre est obligé de prononcer tous les mots écrits, même les plus absurdes ! « Vous êtes-sûrs de vouloir lire ce livre les enfants ?» C’est un oui enthousiaste et à l’unanimité ! L’animatrice s’exécute, les enfants rient aux éclats.

« Qu’est-ce qui vous fait rire dans ce livre ? » Certains enfants ont aimé à cause des mots rigolos et du fait que l’adulte avait l’air d’un enfant. Mais quelques-uns comme Céleste l’ont trouvé trop bizarre. « Je n’aime pas les choses trop dingos » dit Yelen.

« Est-ce que c’est vraiment un livre sans images ? » La plupart des enfants le pensent : il n’y a que l’écriture et les pages blanches.

Anna passe ensuite au tableau pour proposer aux enfants un petit exercice de distinction entre les concepts.

« Quelle différence entre un mot et une image ? » Par exemple entre le mot chien et l’image d’un chien ?

Yelen : « Un mot c’est un groupes de formes et ces formes elles s’appelles des lettres, alors qu’une image c’est une forme qui a été faite à partir de traits.»

Animatrice : « Mais les lettres, ne sont-elles pas aussi faites de traits ? »

Lina propose une autre distinction : « Les lettres on les dit mais les images on peut les montrer. Par exemple on dit j’ai un chien mais peut-être qu’on n’en a pas en vrai donc il faudrait le montrer. »

Yelen a une objection : « Les mots on peut les dire mais on peut aussi les montrer. Là Anna nous montre le mot « mot » au tableau.»

Animatrice : « Du coup, est-ce que l’étiquette où il y a écrit « mot » on peut dire que c’est l’image du mot « mot » ?

Les enfants concluent que lorsqu’on peut montrer et voir les mots ce sont des images. Mais quand on les entend sans les voir, ce ne sont pas des images.

L’atelier se termine par un dessin : chacun invente un mot et le dessine, ou dessine le mot dans un style qui évoque ce qu’il désigne. Céleste écrit son prénom en faisant les lettres aves des étoiles et des planètes.