Recherche

Maison de la Philo φ Romainville

Au fil des idées : la vie de la pensée, dans une ville philosophe !

Catégorie

Paroles d’enfants

Rendez-vous des P’tits Philosophes du samedi 18 Mai: « Avons-nous des pouvoirs? »

Ce samedi 18 mai, les p’tits philosophes ont réfléchi ensemble sur nos POUVOIRS en tant qu’être humain et les différents sens autour de cette notion… Ci-dessous le fil de leur discussion!

« Il y a deux sens du pouvoir: avoir un pouvoir hors du commun (par exemple voler) et un pouvoir commun, qui n’est pas extraordinaire. » (Adel)

« Il y a deux sortes de pouvoirs: les gens qui ont de la force en pensée et qui peuvent s’en servir pour commander et les super-pouvoirs qui sont des pouvoirs hors du commun qu’on retrouve dans les fictions. » (Chloé)

« Il y a deux catégories de pouvoir: le pouvoir de commander et le pouvoir de faire. » (Yassine)

« Il existe trois sortes de pouvoirs: le pouvoir qu’on a tous (par exemple de souffler), le pouvoir de diriger tout le monde que tout le monde pourrait avoir et le pouvoir hors du commun qu’on voit dans les fictions avec les super-pouvoirs » (Orion)

 

  • Est-ce qu’on a tous des pouvoirs?

« Les gens qui ne peuvent pas parler n’ont pas le même pouvoir que nous. » (Pacôme)

« Il y en a qui peuvent marcher, parler et penser, d’autres qui sont moins entraînés« . (Vadim)

« Pour moi, un pouvoir c’est quelque chose qu’on a nous-même mais pas forcément tout le monde. Manger, marcher, c’est tout le monde qui le fait. » (Adel)

« Il y en a qui ont des pouvoirs détraqués. Par exemple, les aveugles ont perdu le pouvoir de voir. » (Maïa)

« Il y a des pouvoirs qu’on a tous. Mais on peut les perdre. On peut marcher et perdre ce pouvoir. Un pouvoir qu’on ne peut pas perdre c’est l’apprentissage. C’est un pouvoir que tout le monde a et qu’on peut développer. » (Orion)

« On a tous les mêmes pouvoirs mais pas au même degré. » (Rayan)

« Tout le monde a un pouvoir de penser. Tout le monde dans cette salle a ce pouvoir de penser. » (Kalycia)

« On a tous un pouvoir: le pouvoir d’être qui on est. » Chloé

« Ceux qui sont aveugles peuvent avoir le pouvoir de mieux entendre que nous » (Simon)

 

  • Les pouvoirs sont-ils innés?

« Les pouvoirs sont là même avant la naissance. Les bébés dans le ventre, à 4 mois, ils perçoivent des sons. » (Rayan)

« Je n’ai jamais vu de bébé marcher dès la naissance. Il y a des pouvoirs qu’on a après. » (Orion)

« On a un pouvoir dès la naissance: respirer. » (Nahil)

« Le pouvoir de bouger est inné. Dès que tu es né, tu bouges. » (Kalycia)

« Il y a aussi des pouvoirs qui se perdent. Quand on sort du ventre de notre mère, on ne peut plus respirer dans l’eau. » (Rayan)

« Les pouvoirs, on peut les faire développer mais peuvent aussi se dégrader tout seul. » (Héloïse)

« Il y a des pouvoirs qui se développent sous notre ordre. Par exemple, lire! » (Maïa)

« Si on a envie, on apprend plus vite. Si on n’a pas envie, on apprend plus lentement. Il faut à la fois le corps et la pensée pour le faire. La plupart des pouvoirs qu’on a dès l’école, ça dépend de notre volonté. » (Heloïse)

« La volonté ne l’emporte pas forcément sur le pouvoir mais nos émotions. Ce sont nos pouvoir émotionnels. » (Maïa)

 

  • Pourquoi veut-on avoir des super-pouvoirs?

« Car on en a jamais assez. Il en faut toujours plus. » (Rayan)

« Quand on regarde des films avec des super-héros, ça nous donne envie d’avoir des super-pouvoirs. ça a l’air trop bien de sauver tout le monde, d’avoir le pouvoir de voler! On a envie de faire comme la fiction, de devenir le super-héros de la classe ou de la famille. » (Héloïse)

« Mais on a aussi des pouvoirs désavantageux, qu’on n’aime pas. » (Orion)

« L’homme a déjà des pouvoirs. Pourquoi il veut en plus des super-pouvoirs? L’homme a un défaut, c’est de toujours en vouloir plus. » (Chloé)

En tout cas, à la Maison de la Philo nous avons tous le pouvoir de faire naître de belles idées!

 

Publicités

Le Rendez-vous des P’tits Philosophes du Samedi 11 Mai: « Peut-on s’échapper de son corps? »

En cette semaine de rentrée scolaire, nos petits philosophes se sont retrouvés en  pleine forme pour réfléchir autour d’une question : « Peut-on s’échapper de notre corps? »

Comme d’habitude, de superbes idées ont émergé et voici, ci-dessous, leur cheminement de pensée…

« Un corps c’est un endroit, un peu comme une maison pour nos cellules, notre cerveau, tout ce qui nous habite. » Chloé

« Un corps c’est un être vivant: il respire, il dort et il meurt. » Nils

« Un corps c’est quelque chose qui est sensible qui peut aimer ou ne pas aimer des choses » Gabriel

« Un corps c’est nous car nous sommes un corps. » Heloïse

« Un corps c’est la matière, le vivant: ça se nourrit, ça se reproduit et ça meurt. » Maïa

« Un corps c’est quelque chose qui nous aide. Si tu n’as pas de corps, tu ne peux rien faire. Avec un corps, tu peux tout faire! » Chedi

« Un corps ça peut être malade, se défendre intérieurement quand on se sent attaqué » Séléna

« Il y a des moments où on le corps on ne peut pas le contrôler car la colère, des fois on a du mal à la contrôler. » Héloïse

 

  • Mon corps et Moi, est-ce la même chose?

« Le corps sert à quelque chose, c’est nous qui le contrôlons avec notre cerveau et notre coeur. » Chedi

« C’est pareil mon corps et moi car quand je me fait mal, c’est moi qui a mal, pas le corps de quelqu’un d’autre. » Mathilde

« Le Moi aide aide à mieux faire fonctionner le corps. » Maïa

« Moi, je contrôle le cerveau et le cerveau contrôle le corps. Donc Moi, je contrôle tout le corps » Thomas

« Ce qu’il y a de plus, c’est notre personnalité. Même si on ne s’aime pas, on voudrait changer de corps, d’apparence, on reste soi-même dans sa personnalité. » Héloïse »

« Le cerveau est plus proche du Moi que du corps. Quand le Moi dépasse le corps, ce sera au moment de la mort. A la mort, le moi s’envole du corps. » Orion

« Notre corps est contrôlé par trois choses: Moi, le Cerveau et le cœur. » Chedi

 

  • Notre corps nous appartient-il?

« Notre corps nous appartient car ce n’est pas une autre personne dans notre corps, c’est toi-même. Personne ne fera les choses à ta place. » Kalycia

« Notre corps nous appartient car on a tous sa propre identité dès la naissance. » Thomas

« Quand on est esclave, notre corps ne nous appartient pas . Là, nous sommes libres, notre corps nous appartient. » Chloé

« Quand on est dans notre corps, il nous appartient pour le bouger par exemple. Mais quand on est mort, peut-être que notre âme ira dans un autre corps. » Mathilde

« Notre corps nous appartient à moitié. Quand on a mal, on essaie de ne pas avoir mal mais on n’y arrive pas. Notre corps ne peut pas tout à faire obéir. Le corps, à ce moment là, ne nous appartient pas vraiment. Mais si on nous demande de faire semblant de pleurer, on y arrive, là il nous appartient. » Héloïse

 

  • Peut-on s’échapper de notre corps?

« Quand on rêve, on s’échappe un peu de notre corps. » Rayan

« Ce n’est pas forcément lorsqu’on est inerte, que notre âme s’échappe mais simplement quand on est dans nos pensées, on peut s’échapper de notre corps. » Maïa

« Des fois, quand on est super fatigué, on s’échappe de notre corps. » Héloïse

C’est encore avec grande surprise que nous re-découvrons chaque samedi matin, la sagesse de vos réflexions philosophiques! Bravo à vous les p’tits philsophes!

 

 

L’amitié selon Jasmine, 8 ans.

Mercredi 24 avril, la Maison de la Philo, a eu la joie d’accueillir Jasmine, une philosophe en herbe romainvilloise de 8 ans. Nous partageons, avec vous, une pensée et son illustration sur l’Amitié :

« On peut être différent, aimer des choses différentes, faire des choses différentes, mais on a toujours quelque chose en commun, quelque chose qui nous rassemble »

IMG_2660

Rendez-vous des P’tits Philosophes du samedi 13 avril : Est-il possible d’être patient ?

philo Samedi 13 avril, les P’tits philosophes se sont réunis autour d’un concept duquel nous faisons chaque jour l’expérience : la Patience. Ils ont commencé par partager tous les mots qu’ils associaient à cette notion avant de réfléchir tous ensemble aux grandes questions qu’elle posait, et ont expérimenté ce que signifie patienter tout au long de l’atelier.

philo Récolte de mots sur la PATIENCE : quels sont les différents mots que vous associez à la patience ?

PATIENTER

philo Qu’est-ce que la PATIENCE ?

Colin : « Patienter c’est attendre »

Pacôme : « Patienter c’est trouver l’ennui »

Yassine : « Patienter c’est résister contre l’ennui et avoir de l’endurance pour tenir le plus longtemps possible, et pour ça il faut de la volonté »

Rayan : « Il faut apprendre à vivre avec la patience, parce qu’elle sera présente tout au long de notre vie »

Simon : « Patienter c’est faire travailler son imagination. Patienter c’est attendre et quand on s’ennuie on utilise son imagination, c’est comme si on jouait. »

Nils : « Patienter c’est s’occuper, vivre avec, attendre le commencement »

Gabriel : « Patienter c’est attendre que quelque chose se finisse sans le faire se finir »

Meriem : « Quand on patiente on a l’impression que le temps se fige »

Rayan : « Quand on patiente on a l’impression que le temps s’arrête mais dans notre tête »

 

philo Peut-on prendre plaisir à patienter ?

Gabriel : « C’est agréable de patienter parce qu’on sait que la chose va arriver »

Pacôme : « Patienter ça peut nous aider, si tu ne patientes pas tu vas aller trop vite »

Nils : « On peut prendre plaisir à patienter si on s’occupe, pas si on reste à regarder le temps passer sur une horloge »

Simon : « Quand on patiente, on a souvent hâte que quelque chose arrive, on peut s’imaginer cette chose en l’attendant et ça deviendra un plaisir »

Mathilde : « Quand on fait quelque chose qui nous plaît, le temps passe plus vite. On peut faire quelque chose d’agréable et prendre plaisir à patienter »

 

philo Passe-t-on notre vie à patienter ?

Nils : « On patiente depuis qu’on est tout petit et en grandissant on apprend à patienter : un bébé par exemple patiente déjà quand sa maman est occupée, un enfant patiente à l’école, à la cantine, … »

Rayan : « On patiente tout le temps, même notre corps patiente par exemple le temps que l’oxygène soit transportée jusqu’à son sang »

Nils : « Je voudrais être journaliste plus tard et par exemple et je n’ai pas conscience que je patiente déjà pour être journaliste, parce que j’ai tellement d’occupations en tant qu’enfant »

Simon : « Mon anniversaire est dans 215 jours et je patiente déjà pour ça ! »

 

philo Quels sont vos conseils pour être patient ?

Pacôme : « Pour être patient, il faut surmonter l’ennui »

Kalycia : « Pour être patient, il faut essayer de s’occuper : lire un livre, regarder ce qu’il y a autour de nous »

Nils : « Pour être patient il faut ne pas prendre conscience du temps qui passe pour que le commencement de la chose arrive vite »

Colin : « Pour être patient on peut penser à des choses qu’on aime »

Rayan : « La patience est la clé de la réussite, elle est notre amie comme notre ennemie, si elle n’est pas avec nous, il faut être déterminé car elle sera toujours là »

philo Merci les p’tits philosophes pour ces pensées patiemment partagées. Nous vous souhaitons de bonnes vacances et vous retrouvons le samedi 4 mai pour le prochain rendez-vous durant lequel nous nous demanderons si les autres sont le reflet de nous-mêmes.

Extrait d’un atelier périscolaire : vaudrait-il mieux être immortel que mortel ?

Au cours d’un atelier périscolaire sur la vie, un groupe de CM1 de l’école Jean Charcot, en est venu à se demander s’il vaudrait mieux être immortel que mortel.
Nous partageons avec vous un extrait de leur réflexion commune sur cette question immortelle.

o

Alexia : « Il vaudrait mieux être immortel pour vivre tout le temps, ne jamais mourir, mais il faut que notre famille, nos amis, nos proches, le soient aussi. On pourrait alors être plus longtemps avec les gens qu’on aime, ressentir plus de choses, avoir plus de sentiments, profiter plus de la vie. »

o
Lili : « Il vaut mieux être mortel parce qu’il faut bien mourir un jour, sinon on vivra trop longtemps et on risque de connaître la fin du monde, ce qui serait horrible. En plus, on pourrait finir par en avoir marre de vivre. »

oo
Sarah : « Je préférerais être mortel : imaginons que là, à neuf ans et demi j’en ai marre de ma vie et que je suis immortelle, alors je ne pourrais pas mourir, mon malheur se finirait jamais. »

o
Kévin : « Je préfère la réponse de Lili, c’est vrai ce qu’elle a dit : après on pourrait en avoir marre de vivre, encore plus si on est malheureux comme le disait Sarah. »

o
Aya : « Je voudrais être immortelle tout en restant mortelle : vivre jusqu’à ce que je ne veuille plus vivre. Vivre plus longtemps mais pas sans fin. »

o
Alexia : « Je vais reprendre l’idée d’Aya parce que c’est ce que je comptais dire après que tout le monde ait partagé ses idées. J’aimerais avoir les deux : parce qu’avoir une vie sans fin ce n’est pas le bonheur. Je reprends l’idée de Lili, voir la Terre mourir, ce serait affreux. Et si j’avais un accident, ou une maladie par exemple, j’aimerais bien que ça ait une fin. »

o
Après cette discussion, les enfants se sont attachés à récolter les arguments pour chacune des deux possibilités envisagées ensemble : être mortel et être immortel. Malgré le nombre important d’arguments trouvés en la faveur de l’immortalité, ils s’accordaient unanimement à préférer la mortalité, les arguments étant plus forts pour eux.

o
Nous partageons ci-dessous ces arguments pensés et récoltés ensemble :

Rendez-vous des P’tits Philosophes du samedi 6 avril 2019: « Qu’est-ce qu’être une bonne personne? »

Aujourd’hui, au Rendez-vous des P’tits Philosophes, les enfants ont tenté de résoudre un grand problème moral: « Qu’est-ce qu’être une bonne personne? »

Ci-dessous, le cheminement de leurs idées:

« Il n’y a pas vraiment de bonne personne car personne n’est parfait. Si on est parfait, alors oui on est une bonne personne. Sinon, en ce qui nous concerne, être une bonne personne c’est être poli, généreux, penser aux autres, prendre soin de quelqu’un, être ouvert aux autres. » (Adel)

« C’est être bienfaisant, aimer les gens, les aider. » (Aouès)

« C’est quelqu’un qui parle au lieu de se battre. » (Gabriel)

« C’est aussi s’entraider, partager ce qu’on a. C’est aussi aimer les personnes: sans amour, on ne pourrait pas aider les autres, être généreux. » (Maïa)

  • Comment savoir si une action est bonne ou mauvaise?

« Ce qui rend une action bonne, c’est qu’elle ait de bonnes conséquences, que ça puisse aider quelqu’un. » (Yassine)

« Si ça a de bonnes conséquences alors c’est une bonne action. Si ça en a des mauvaises, on peut très vite le savoir. Des fois, elles peuvent être à la fois bonnes et mauvaises: on est généreux en offrant un cadeau à quelqu’un mais ça peut ne pas lui faire plaisir. » (Adel)

« Quand on sait qu’une action est mauvaise, on va se retenir. » (Nils)

« C’est selon notre jugement, selon ce qu’on pense. Ce n’est pas forcément par rapport aux autres mais par rapport à nous. Une personne on peut la trouver mauvaise et d’autres vont la trouver bonne. » (Maïa)

« Il faut réfléchir avant de parler. On se met à la place de la personne et on réfléchit aux conséquences. » (Rayan)

  • Pourquoi ce n’est pas facile d’être une bonne personne?

« On n’est pas bon en tout. On n’est pas forcément bon en dessin mais bon en gentillesse. Mais on peut apprendre à être gentil. » (Pacôme)

« Il y a des lois et il faut les respecter et ce n’est pas toujours facile. » (Nils)

« Quand on est en colère, c’est pas facile de se retenir de frapper. C’est compliqué. » (Maïa)

« C’est plus facile de se disputer que de se parler. » (Gabriel)

« Etre une bonne personne c’est presque impossible. Il y a des personnes injustes, égoïstes. On n’est pas que dans un monde de gentillesse. Il faut contrôler certaines habitudes. » (Meriem)

Et voici, leurs conseils pour devenir une bonne personne:

ConseilDevenirBonnePersonneRDVPP6Avril

Bravo les p’tits philosophes d’avoir pris le temps de partager ces chouettes idées!

 

 

Rendez-vous des P’tits Philosophes du samedi 30 mars : Les machines vont-elles nous remplacer ?

Le samedi 30 mars les p’tits philosophes se sont réunis à la Maison de la Philo autour d’une question déterminante pour notre avenir : « les machines vont-elles nous remplacer ? ». Nous partageons ci-dessous le cheminement de pensée parcouru à cette occasion :

« Qu’est-ce qu’une machine ?

Thomas : Une machine c’est quelque chose qui nous permet d’évoluer.

Héloïse : Une machine, c’est quelque chose qui est fait avec la science et qui aide les êtres humains.

Gabriel : On utilise une machine pour faire des choses trop difficiles pour nous.

Yassine : On utilise une machine pour faire ce qu’on ne peut pas faire soit avec notre corps, soit avec notre pensée.

Quelle serait la différence entre un humain et une machine ?

Séléna : Nous ne sommes pas des machines parce qu‘on pense.

Orion : Une machine ne fait que ce pour quoi elle est programmée alors que l’humain, lui, pense, écrit, …

Pacôme : Pour moi, on est un peu comme une machine, on a un cerveau, c’est un peu comme une mécanique dans notre tête.

Thomas : Pour moi, un humain ce n’est pas une machine, parce que nous, on vit.

Héloïse : Les machines ne peuvent pas être comme nous, parce que nous, on aime, les machines sont pas capables d’aimer.

Orion : Nous sommes plus intelligents que les machines. Elles sont inventées par nous et elles ne peuvent pas se développer d’elles-mêmes, pour le moment.

Pourquoi fabrique-t-on des machines ?

Rayan : On fabrique des machines pour nous faciliter la vie.

Yassine : On fabrique des machines pour nous aider, mais on ne se rend pas compte qu’en nous aidant, elles nous remplacent. On fait de moins de moins de choses.

Orion : En fabriquant des machines, on ne s’est pas rendu compte qu’on fabriquait notre ennemi : elles polluent la planète et maintenant on voudrait inventer des machines pour dépolluer la Terre.

La technologie peut-elle être dangereuse ?

Séléna : La technologie -peut- être dangereuse, ça veut dire qu’elle ne l’est pas tout le temps ou pas forcément. Elle peut l’être si, par exemple, elle continue à polluer la planète.

Rayan : Elle peut être dangereuse pour notre santé : les ondes, par exemple, ou les centrales nucléaires.

Héloïse : La technologie peut être dangereuse : nos smartphones par exemple, peuvent être dangereux pour nous, si on devient addict et qu’on se met en danger en oubliant le reste.

Myriam : La technologie peut être dangereuse si, au lieu de nous aider à faire des choses difficiles ou qu’on ne pourrait pas faire, si on est fainéants et qu’elle est juste utilisée pour faire les choses à notre place. »

Un grand Merci les p’tits philosophes pour ces réflexions partagées. Il est certain qu’en philosophie, les machines ne sont pas près de vous remplacer !

A bientôt à la Maison de la Philo !

Rendez-vous des P’tits Philosophes du samedi 16 février : L’Amour peut-il rendre fou ?

PHILOCe samedi 16 février, les p’tits philosophes se sont réunis à la Maison de la Philo autour d’un thème aussi vieux que la philosophie, et pourtant toujours aussi mystérieux : l’Amour.

PHILO C’est quoi l’AMOUR ?

Kiméa : « L’amour c’est un sentiment que tout le monde peut ressentir et qu’on peut ressentir pour tout le monde »

Adel : « On peut aimer différents types de personnes »

Nils : « L’amour, ce n’est pas que le sentiment amoureux, on peut aussi aimer sa famille par exemple ou ses amis »

Yassine : « Il y a plusieurs types d’amour ; l’amitié, par exemple, est une forme d’amour »

Gabriel : « L’amour c’est un sentiment dans lequel il y a des émotions, plein d’émotions, par exemple la joie »

Simon : « L’amour ça nous transforme en aimant : quand un ami se blesse, par exemple, notre amour fait qu’on va aller le voir, comme si on était attiré »

Nils : « Il existe un autre amour, entre les frères ou amis, l’amour fraternel »

Myriam : « Aimer c’est aussi transmettre, par exemple quand on a une amitié à deux, et qu’on s’ouvre à une troisième personne » 

Marylou : « Aimer c’est toujours partager »

 

PHILOLes humains ont-ils besoin d’amour ?

Héloïse : « On a besoin d’amour pour vivre, sans l’amour, le vie serait plus compliquée »

Myriam : « On n’a pas besoin d’amour car l’amour on ne le voit pas toujours et on ne le trouve pas partout » 

Gabriel : « On a besoin et pas besoin d’amour en même temps : sans amour on se ferait du mal, mais avec trop d’amour on ne pourrait plus se contrôler, on ferait n’importe quoi »

Séléna : « Sans amour, la vie serait sans joie »

Nils : « Sans amour on existerait mais avec beaucoup plus de violence, de conflits, de combats. L’humanité a besoin d’amour »

 

PHILOPeut-on aimer à la folie ?

Nils : « Quand on est fou amoureux, on croit qu’on peut voler »

Kiméa : « On peut risquer sa vie par amour »

Pacôme : « Quand on est fou d’amour, on peut sauter d’un avion pour la personne qu’on aime »

Salma : « Quand on aime à la folie, on aime tellement qu’on ne pense qu’à ça » 

Rayan : « Quand on aime quelqu’un à la folie, on ne peut plus s’en passer »

Amour Sagesse
PHILOUn grand merci à vous les p’tits philosophes pour ces pensées partagées sur ce grand concept qui n’a pas fini de nous interroger. Bonnes vacances et rendez-vous le 16 mars pour notre prochain atelier à la Maison de la Philo !

Rendez-vous des p’tits philosophes du samedi 26 janvier : Peut-on tout réussir ?

PHILO Le samedi 26 janvier les p’tits philosophes se sont réunis à la Maison de la Philo autour d’un thème loin d’être facile : la Réussite. Nous partageons ci-dessous quelques-unes de leurs idées :

PHILO Que veut dire RÉUSSIR ?

Noémie : « Réussir c’est faire quelque chose et en être fier »

Gabriel : « On peut réussir à faire quelque chose et en être content, mais on peut aussi réussir à faire quelque chose mais ne pas en être content, parce qu’on ne l’a pas bien fait »

Anaé : « Réussir c’est arriver à faire quelque chose »

Ulysse : « Réussir c’est accomplir quelque chose qui n’est pas facile : avoir peur de faire quelque chose, puis surmonter cette peur par exemple »

Rayan : « Réussir c’est juste dans notre tête, c’est accomplir un exploit pour nous »

 

PHILO Pourquoi veut-on réussir ?

Eliott : « On veut réussir pour être content de soi »

Eléa : « On veut réussir pour prouver des choses aux autres »

Héloïse : « On veut réussir pour dépasser ce qu’on dit de nous »

Ulysse : « On veut réussir pour être fier de soi et heureux »

Laszlo : « On veut réussir parce que comme ça on apprend et on pourra dire ce qu’on a appris aux autres »

Noémie : « On veut réussir pour pouvoir devenir qui on veut »

 

PHILO Est-ce qu’on peut TOUT réussir ?

Eléa : « On peut tout réussir, mais sans toujours le mériter »

Laszlo : « Si on réussit c’est bien, si on ne réussit pas on apprend »

Ulysse : « Rater c’est le chemin de la réussite : si on rate, on va voir son erreur, la mémoriser et la réparer »

 

PHILO Un grand Merci les p’tits philosophes pour ces réflexions partagées, et à bientôt à la Maison de la Philo !

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑