Recherche

Maison de la Philo φ Romainville

Au fil des idées : la vie de la pensée, dans une ville philosophe !

La Maison de la Philo parmi les 12 bonnes adresses de la ville de Romainville !

La Maison de la Philo a été mise à l’honneur dans un article de Josephine Lebard paru sur le site Enlarge your Paris ! Notre structure figure deuxième parmi les 12 bonnes adresses à connaître sur Romainville !

Et voici le lien de l’article :

https://www.enlargeyourparis.fr/artdevivre/romainville-la-ville-qui-gagnait-a-etre-connue-en-douze-bonnes-adresses

Bonne lecture !

Théâtre-Philo à partir du Stand-Up « Bonhomme » de Laurent Sciamma, le samedi 14 mai à 18h !

Bonjour à toutes et à tous,

Dans le cadre de la Fête de la Philo, la Maison de la Philo est ravie de vous convier à un échange philosophique le samedi 14 mai à 18h au Pavillon autour d’un format de spectacle inédit : un Stand-Up !

C’est à partir du spectacle Bonhomme de Laurent Sciamma que nous vous inviterons à réfléchir.

Informations ci-dessous :

En espérant vous y retrouver nombreux.ses !

La Maison de la Philo

Atelier de révisions du bac philo : le samedi 7 mai à 14h à la Maison de la Philo !

Bonjour à toutes et à tous,

Comme chaque année, la Maison de la Philo propose une aide aux lycéens dans la préparation de l’épreuve de philosophie au baccalauréat.

A ce titre, nous proposons un atelier de révisions le samedi 7 mai de 14h à 16h à la Maison de la Philo (28 avenue Paul Vaillant Couturier, Romainville).

Au programme : méthodologie de la dissertation et de l’explication de texte.

Nous vous demandons de vous inscrire par mail à l’adresse maisondelaphilo@ville-romainville.fr ou en nous appelant au 01 71 86 60 20, ou en passant à la Maison de la Philo durant ses horaires d’ouverture (du mardi au samedi de 14 à 18h).

Demeurant disponibles pour tout renseignement.

Salutations philosophiques !

La Maison de la Philo

La Fête de la Philo : du 11 au 18 mai !

Bonjour à toutes et à tous,
 
La Fête de la Philo est de retour cette année et nous en sommes ravies de vous proposer une multitudes d’activités philo tout au long de la semaine du 11 au 18 mai !
 
Et il y en a pour tous les âges et tous les publics !
 
Attention : certaines activités sont ouvertes sur inscription (maisondelaphilo@ville-romainville.fr ; 01 71 86 60 20) :

– Le Club des Jeunes Penseurs, vendredi 13 mai à 17h45
– Le Théâtre Philo Bonhomme, samedi 14 mai à 18h (attention, il faut également prendre votre place auprès du Pavillon pour aller au spectacle)
– Le Ciné-Philo en famille, dimanche 15 mai à 14h30 : s’inscrire auprès du Trianon : jeunepublic.trianon@est-ensemble.fr ; 01 83 74 56 00.
– L’Eveil Philo 4-6 ans, mercredi 18 mai à 15h30
 
Pour le reste, c’est entrée libre !

Le programme complet ci-dessous !

Bonjour à toutes et à tous,

Nous sommes ravies de vous convier, ce vendredi 8 avril à 20h30, à une conférence exceptionnelle avec Maboula SOUMAHORO, autrice, chercheuse, Maître de Conférences à l’Université de Tours. Cette conférence aura lieu dans le cadre de la Résidence d’écrivain que nous accueillons cette année avec Marc Perrin, qui animera cette rencontre, à la Maison de la Philo (28 avenue Paul Vaillant-Couturier)

La conférence portera sur le thème : « Le triangle et l’hexagone : réflexions sur une identité noire ».

image010.jpg

Il est conseillé de réserver votre place : par mail (maisondelaphilo@ville-romainville.fr) ou par téléphone (01 71 86 60 20)

Venez nombreux.ses !

Compte-rendu du Club des Jeunes Penseurs du vendredi 18 février : « Sophistes vs. Philosophes ! »

Le vendredi 18 février, au moment où les jeunes penseurs de 11 à 16 ans venaient tout juste d’être en vacances, ces derniers se sont prêtés au jeu « Sophistes VS. Philosophes« .

D’abord, un texte d’introduction pour les placer dans l’ambiance leur a été présenté :

“Bienvenue au Logos Club, mes amis, venez démontrer, venez délibérer, venez louer et blâmer pour la beauté du verbe ! Approchez, beaux parleurs, fins rhéteurs, orateurs au long souffle ! Prenez place dans l’antre de la folie et de la raison, le théâtre de la pensée, l’académie des rêves, le lycée de la logique ! Venez entendre le fracas des mots, admirer l’entrelacs des verbes et des adverbes, goûter les circonvolutions venimeuses des dompteurs de discours ! Gloire au logos, mes amis ! Vive la dialectique ! Que la fête commence ! Que le verbe soit avec vous ! Ce soir, le Logos Club vous offre un combat de choix. Aux prises : Socrate, père de la philosophie qui défie Gorgias, maître sophiste, pour tenter de gravir un échelon au classement du Club. Sujet de la dispute : La philosophie contre la rhétorique. » 

Texte de Laurent Binet, extrait de La septième fonction du langage (Quelques éléments du texte ont été modifié pour les besoins de l’animation).

Puis, les jeunes penseurs ont réfléchi aux techniques qu’eux-mêmes connaissaient et qu’ils ont peut être une fois utilisées pour convaincre les autres. Voici leurs idées :

  • argumenter, donner des raisons
  • donner ses qualités et jamais ses défauts ou donner un défaut minime pour montrer notre honnêteté
  • mettre en valeur, embellir son projet
  • supplier la personne en face de nous
  • prendre son auditoire comme son allié : il faut toucher là où ça fait mal, plaire, séduire.
  • choisir son moment où placer ses idées
  • alterner entre les sentiments ou la logique, tout dépend de la connaissance qu’on a de notre public
  • étonner en donnant des défauts directement pour ensuite manipuler plus facilement. Etonner le public a pour fonction de le manipuler plus facilement
  • Choquer l’auditoire, se différencier
  • La corruption !!
  • entrer dans le vif du sujet sans jamais endormir l’auditoire

Les jeunes penseurs ont ensuite pris connaissance des querelles de la Grèce Antique entre les sophistes, des beaux parleurs qui discouraient dans le but de plaire et de convaincre leur auditoire (peu importe s’ils possédaient ou non la vérité) ; et les philosophes qui, eux sont du côté de la raison et de recherche de la vérité.

Vint ensuite le moment du jeu « Sophiste vs. Philosophes »… Le groupe a été divisé en deux : ces deux groupes devaient revêtir simultanément la casquette de sophiste et celle de philosophe (dès qu’un groupe était sophiste, l’autre était philosophe) :

  • Les sophistes devaient défendre un message parmi un choix de trois sujets proposés en étant le plus convaincant possible
  • Les philosophes devaient repérer les stratégies argumentatives et les arguments fallacieux utilisés dans le message défendu, ceci afin de les déconstruire et de montrer en quoi ils ne sont pas valables.

Pour cela, une liste de plusieurs arguments fallacieux, issu de l’ouvrage Question de logiques d’Oscar Brenifier leur a été présentée : l’argument émotionnel, l’argument de l’habitude, le glissement d’argument, l’argument d’autorité, l’argument du nombre, la généralisation abusive, l’argument du contraire, l’argument d’exagération, la fausse alternative, la justification abusive, l’argument de sincérité, l’argument du sentiment personnel, le glissement de sens et la pétition de principe.

Un premier groupe de sophiste a choisi d’argumenter en faveur du port de l’uniforme à l’école. Le second pour le vote obligatoire. Les philosophes ont quant à eux, aiguisés leur esprit critique pour contrer les stratégies utilisées par les sophistes pour nous convaincre de leur message !

Bravo aux jeunes penseurs, dorénavant experts de l’esprit critique !

FERMETURE MAISON DE LA PHILO 24/25/26 FÉVRIER

Bonjour à toutes et à tous,

Nous avons le regret de vous annoncer que la Maison de la Philo ne pourra pas ouvrir ses portes jeudi 24 février, vendredi 25 février et samedi 26 février.

Notre équipe est touchée par la crise sanitaire et n’est, pour cette raison, pas en mesure d’ouvrir la structure.

Réouverture le mardi 1er mars.

Nous vous remercions pour votre compréhension.

Salutations philosophiques,

L’équipe de la Maison de la Philo

Club des Jeunes Penseurs (12-16 ans) du vendredi 4 février : « Comment savoir si quelque chose est vrai ? »

Le vendredi 4 février de 17h45 à 19h, les jeunes penseurs de la Maison de la Philo, âgés de 12 à 16 ans, ont échangé autour de la question « Comment savoir si quelque chose est vrai ? »

Ils ont d’abord regardé une vidéo « Le Complot Chat », vidéo parodiquement complotiste créée par des élèves du lycée Madeleine Vionnet de Bondy. Avant de dévoiler les artifices utilisés pour nous convaincre du complot, les jeunes penseurs ont tenté de répondre aux questions suivante : Quel message cette vidéo veut nous transmettre ? A votre avis, est-ce qu’elle nous dit des choses vraies ou des choses fausses ? Quels éléments vous paraissent vrai ? Lesquels vous paraissent faux ?

A la question « Quelles techniques sont utilisées pour que vous puissiez être convaincu du message ? », ils ont donné les éléments suivant :

  • on utilise des éléments précis qu’on décide de mettre en lien
  • les gros titres qui sont en gros plan et qui masquent les contenus des articles
  • la voix grave et robotique
  • ils mettent des éléments vrais
  • il y a une succession d’images qui ressemblent à des preuves
  • il y a un défilement rapide des informations
  • on utilise des éléments connus, des personnages célèbres pour que ce soit encore plus convaincant
  • il y a une technique de métamorphose – « morphing » – de l’image
  • un recours aux effets spéciaux et aux montages

Les participants ne s’en étaient pas rendus compte mais le recours aussi à une musique inquiétante dans la vidéo était un moyen pour jouer notre peur !

Cette réflexion autour de la vidéo du « Complot Chat » a permis aux jeunes penseurs de définir ce qu’est une théorie du complot et le rôle de l’esprit critique face aux informations qui nous sont soumises au quotidien.

Dans un second temps de l’atelier, les participants ont pris le rôle « d’experts spécialistes de l’esprit critique ». Il s’agit d’un métier qui consiste à démêler au quotidien le vrai du faux. Ces professionnels sont des chercheurs de vérité !

En tant qu’experts de l’esprit critique, ils doivent se poser un certains nombre de question pour vérifier que quelque chose est vrai. Voici les questions qu’ils ont proposé :

  • Est-ce que le sujet a déjà été abordé avant ?
  • Est-ce que c’est possible ou pas ?
  • D’où sort l’information ? / D’où vient l’information ? / Quelles sont les sources ?
  • Où je vois l’information ?
  • Sur quel site a été publié cette information ?
  • Est-ce que c’est réaliste ?
  • Est-ce que la source de l’information est fiable ?
  • Est-ce que l’information est cohérente ?

Les jeunes penseurs ont confronté leurs questions aux planètes-questions du magazine Philéas et Autobule n°58, « Comment sais-tu si c’est vrai ? »

Pour chaque proposition d’information qui leur était donné, les jeunes penseurs devaient déterminer la planète-question la plus utile et la planète-question la moins utile. Chaque choix de planète-question devait aussi s’accompagner d’un argument.

Bravo aux Jeunes Penseurs experts de l’esprit critique !

Rendez-vous des P’tits Philosophes du samedi 22 janvier : Le mythe du bateau de Thésée !

Le samedi 22 janvier au matin, les petits philosophes se sont retrouvés à la Maison de la Philo pour réfléchir autour du mythe du bateau de Thésée.

Voici un résumé du mythe :
Thésée fut la vedette de plusieurs aventures spectaculaires, mais cette expérience de pensée ne se réfère qu’indirectement à un de ses exploits : son affrontement contre le minotaure (un monstre composite issu d’amours contre nature de Pasiphaé et d’un taureau — ce monstre fut enfermé dans un labyrinthe construit par Dédale), qu’il a vaincu.
Une fois revenu à Athènes, les citoyens conservèrent le bateau de Thésée pour lui rendre hommage. Ils y apportèrent une telle attention que le bateau garda son allure des débuts, et ce pendant plusieurs siècles : les Athéniens remplaçaient ses parties défectueuses par d’autres, au fur et à mesure que les problèmes apparaissaient. Les Athéniens firent cela jusqu’à obtenir un bateau entièrement fait de pièces neuves.

La question était la suivante : Ce bateau constitué de nouvelles planches, est-ce encore le bateau de Thésée ? Pour répondre à la question, les enfants devaient fournir des arguments censés défendre leur position. Résumons-les dans un tableau ci-dessous :

C’est encore le bateau de ThéséeCe n’est plus le bateau de Thésée
« Même si toutes les planches ont changé, ça reste la forme qu’il a voulu. Il a les mêmes caractéristiques. »
« C’est pas parce qu’on le change que ce n’est plus le sien. »
« Ce n’est pas parce que ce n’est pas lui qui change les planches que ça ne reste à lui. Même si on change les planches, ça reste en sa possession. »
« Les habitants l’ont juste changé pour qu’il reste en bon état. C’est le même, ils ont juste changé les planches. »
« Les habitants ont entièrement reconstruits le bateau donc ce n’est plus le même. »
« Les planches sont magiques et si on les change, elles ne sont plus magiques. »
« Ce n’est pas le même bateau qui a fait tous ces voyages. Par exemple, j’ai perdu mon sac à dos, je ne voulais pas qu’on en rachète un car ce ne serait plus ce même sac. »

Trois problèmes s’offraient donc aux enfants durant la discussion :

  • par rapport à notre propre changement : est-ce qu’on peut être le/la même alors qu’on change ?
  • par rapport à la mémoire des objets  
  • par rapport à la différence entre la forme des choses et la matière de ces choses : est-ce la forme ou la matière qui constituent les choses ou les êtres ?

Cette expérience du bateau de Thésée propose un prolongement. Imaginons qu’on reconstruise un nouveau bateau avec les anciennes planches qu’on avait remplacées. Lequel est le bateau de Thésée : celui qu’on a remplacé avec des nouvelles planches ou celui qu’on a reconstitué avec les anciennes ?

Le bateau remplacé par les nouvelles planchesLe bateau reconstitué avec les anciennes planches
« Celui avec les anciennes planches, c’est celui qui a voyagé. Mais comme il est très vieux, s’il veut voyager à nouveau, il va prendre le nouveau. »
« Il – Thésée- prendrait le nouveau pour conserver l’ancien, comme ça s’il fait de nouvelles aventures, ses anciennes planches seront toujours là. »
« Le nouveau sera successeur des aventures. »
« C’est celui-là qui a voyagé, ce sont ces planches qui ont voyagé. »

« C’est le bateau du passé mais on ne l’oublie pas. »

Les P’tits Philosophes se sont demandés en lien avec le bateau de Thésée, si le passé n’existe plus ou s’il peut encore vivre au présent…

« – Le bateau du passé n’est pas vraiment du passé car ses aventures, il peut se les rappeler, les revivre. »

« – Je ne dirai pas que le bateau appartient au passé car il est encore. »

« – Ta vie d’avant, elle est passée, mais si tu y penses toujours, elle est encore en toi. »

« – Le passé, ça ne veut pas forcément dire que ça n’existe plus. Le passé qu’on a dans notre tête, on l’a dans le présent. »

« C’est du passé mais ça reste, même si c’est du passé. »

La matière semblait compter beaucoup pour définir le bateau de Thésée. Proposons un ultime prolongement du mythe : on change la forme du bateau avec les anciennes planches vs. on garde la forme de l’autre bateau qui a des planches neuves. Qu’est-ce qui compte le plus ? La matière ou la forme ? Lequel est le bateau de Thésée ?

Celui qui est fait avec la matière de l’ancien bateau mais avec une forme différenteCelui qui a la forme mais pas la matière
« Même s’il a changé la forme, ce sont les anciennes planches qui ont voyagé. Donc c’est la matière. Ce sont ces planches qui ont fait toutes ces aventures. »
« S’il avait pris celui avec les nouvelles planches, il n’arriverait pas à les reconnaître. »

« Même si ce ne sont pas les mêmes planches, Thésée pourra revivre des aventures avec ce bateau. »
« Même s’il a la même forme, ce n’est pas le vrai qui a voyagé. »

Il est donc compliqué de définir quelque chose s’il lui manque sa forme ou sa matière. Les enfants ont donc pris connaissance d’Aristote qui s’était notamment confronté à ce problème. Selon le philosophe, un objet se définit par sa matière et par sa forme, comme c’est le cas pour le bateau de Thésée. Mais, Aristote nous dit aussi que ces deux éléments seuls ne suffisent pas. Il faut aussi le but (la finalité, à quoi ça sert) et le moteur (un agent qui agit, dans le cas du bateau, ce sont les habitants). On pourrait donc faire la même chose pour définir l’être humain… Comment savoir quelle est sa forme ? Sa matière ? Son but ? Son moteur ? Allons voir ce qu’en pensent nos P’tits Philosophes :

  • le moteur : « c’est en fonction de ce qu’on agit, ce qu’on se fixe comme objectifs »
  • la forme : « tout n’a pas la forme d’un être humain »
  • la matière : « peau, chaire, os, sang, muscle »
  • le but : « mourir le plus tard possible. » ; « J’ai entendu une interview à la radio. L’acteur, son but dans sa vie, c’était d’être acteur, il a tout fait pour l’être. Parfois, le but de notre vie, c’est le métier, mais parfois, c’est autre chose. » ; « Tout le monde a un but différent. » ; « Notre but serait de vivre en paix. » Pour Aristote, le but commun à tous les êtres humains est le bonheur !

Comme activité de fin, nous avons distribué à chaque petit philosophe une feuille sur laquelle figurait un visage morcelé en pièces de puzzle. Dans chaque pièce, ils devaient y inscrire un élément de leur identité, en utilisant s’ils le souhaitaient, les quatre éléments constitutifs de chaque être selon Aristote (matière, forme, moteur, but). 

En tout cas, nous avons la preuve chaque semaine que chaque enfant est fait de belles idées philosophiques ! Bravo aux P’tits Philosophes !

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑